Preservation Fertilite Femme

Je dois faire une chimiothérapie/ radiothérapie, comment préserver ma fertilité ?

Les femmes naissent avec un certain nombre d’ovules dans leurs ovaires (environ 500 000). Ce stock (ou réserve) s’épuise naturellement dans le temps jusqu’à la ménopause. Certains médicaments utilisés dans la chimiothérapie peuvent induire une destruction d’une partie ou de l’ensemble de la réserve des ovules et induire une insuffisance ovarienne précoce. Les ovules ne peuvent pas se reconstituer, cet effet est donc définitif. Tous les médicaments utilisés dans la chimiothérapie n’ont pas tous le même effet sur la réserve des ovules. Certains sont beaucoup plus toxiques que d’autres.

Image

Abordez le sujet avec l’oncologue

Le meilleur moment pour préserver la fertilité est avant le début du traitement anti-cancéreux. Demandez au médecin les options de préservation de fertilité envisageables chez vous dès que possible une fois le diagnostic de cancer posé. Il pourra vous adresser à l’un de nos experts en préservation de la fertilité. Vous pouvez aussi prendre contact directement avec l’un de nos experts

Quelles sont les possibilités de préserver ma fertilité ?

Si vous avez des projets futurs de grossesse, il ne faut pas hésiter à aborder la question avec votre oncologue qui vous adressera à un de nos spécialiste de la Fertilité. Vous pouvez aussi prendre contact directement avec l’un de nos experts. Les experts en préservation de la fertilité pourront : Évaluer le risque de perte de la fonction ovarienne en fonction des médicaments que vous allez recevoir, de votre âge et de votre réserve en ovules actuelle. Ils vous exposeront toutes les possibilités de préserver votre fertilité avant chimiothérapie.

Toutes ces techniques sont disponibles à Fertillia.

Le principe est de congeler des ovocytes non fécondés. Cette technique nécessite une stimulation ovarienne et un monitorage échographique et biologique pendant environ deux semaines. Ceci pourrait donc retarder le début du traitement anti-cancéreux et sera indiqué en concertation avec l’oncologue.
Si vous êtes atteinte d’un cancer qui est sensible aux hormones (comme le cancer du sein), des moyens existent pour éviter que vous soyez exposée aux œstrogènes durant la stimulation. Le prélèvement des ovocytes se fait sous anesthésie générale, par une aiguille guidée par échographie. Il est non traumatique y compris en cas de virginité. Cette technique pourra vous être proposée que vous soyez célibataire ou mariée.

Elle se fait selon le même principe que la technique précédente mais les ovocytes sont fécondés avec le sperme de votre partenaire avant d’être congelés. La congélation des embryons est parfaitement maîtrisée.

Le chirurgien éloigne l’ovaire sain ou les deux ovaires du champ d’irradiation.

Certains médicaments administrés en même temps que la chimiothérapie ont montré un certain effet protecteur. Cette méthode ne suffit pas pour garantir une fertilité ultérieure.

Cette méthode consiste à prélever par chirurgie des fragments de tissu ovarien et à les congeler. Après guérison, la greffe de ces fragments pourra être programmée. Son avantage est double : il permet de retrouver la fertilité spontanée mais aussi une sécrétion normale des hormones. Elle peut être contre-indiquée dans certains cancers en raison du risque de remettre des cellules malignes

Abordez le sujet avec l’oncologue

Le meilleur moment pour préserver la fertilité est avant le début du traitement anti-cancéreux. Demandez au médecin les options de préservation de fertilité envisageables chez vous dès que possible une fois le diagnostic de cancer posé. Il pourra vous adresser à l’un de nos experts en préservation de la fertilité. Vous pouvez aussi prendre contact directement avec l’un de nos experts